CHAMPAGNY en VANOISE - le patois

 

dicton





françaispatoisson
Bon marché crève la poche (revient plus cher)Bon martsa krrévè la fata
Cul gras, queue raide, qu’est-ce que c’est ?la poêleKu grrò koua raïda, ki k’é ? La péla
Il n’y a pas de fumée sans feui'a pò d’fmirrè sê foua
Il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à ses saintsVô miu s’adrrèché u Bondze k’a sou sê
Il vaut mieux tenir que courirVô miu tni k’korè
La neige du mois de mai est le fumier des pauvresLa naï d’maï é la fèmò dé purre
La pluie de St Jean et la neige de St Michel ne restent pas au cielLa plôzhè d’sê dzan è la naï d’sê mtsé réston pò u sié
Manger et se gratter, il n’y a qu’à s’y mettreMdzé è sè grratò, y’a k’a si ptò
Mauvaise, bonne journéeBorta matnò, bona zhornò
Mieux vaut tard que jamaisVô miu torr k’jamé
Pâques tôt, Pâques tard, toujours l’hiver le pend au derrièrePòké tou, Pòkè tòrr, tolté l’èvérr l’ pè u dèrrié
Petite femme, grand cotillon, à chaque pas elle en perd un morceau ? Une aiguillée de filPsita fèna, grran kotion, a shòkè pò l’ê pérr on bokon. Na koshaïria d’fi
Petite pluie abat grand ventPsita plôzhè abat grran vê
Pièce sur pièce, il n’y en a pas une de cousue ?Une toiture d’ancelles ou de lauzesPatin su patin pò yon d’ kosu ? On taï d’êshèlè
Quand la dent du Villard met son bonnet et sa cravate, c’est signe de mauvais tempsKan la dê ptè son bonèt è sa krravata é snie d’ mò té
Quand la lune rousse se fait en mouton, elle se termine en lion (et vice versa)Kan la lna rosa sè fò ê maouton, èl fornaï ê lion
Quand les arbres ne se déchargent pas de leur neige, c’est qu’il va reneigerKan lou z’òbrre n’on pò dglò, i’ê n’atènyon d’òtrra
Quand les nuages vont à Aoste, prends ton manteau et va à l’abriKan lè niélè von ê n\\\'Ousha, prrê ton mantel è pta-tè a sousha 
Tant soit peuTan pou k’pou
Tout nouveau, tout beauTe noviô, te biô
Travailler pour le roi de PrusseY tfrrèyè pò
Un de perdu, dix de retrouvéYon d’perdu, dzi dè rtrrevò
Une personne souffreteuse vit plus longtemps qu’une personne qui paraît en bonne santéVi p\'lonté rèfrrèl k’ saoutrrèl


Retour