CHAMPAGNY en VANOISE - le patois

HISTOIRES

 

 

La dure période des foins

Le vingt deux juin, après le départ des bêtes à la montagne, nous faisions quelques travaux d’entretien courants dans les étables. Il y avait aussi les corvées pour l’entretien des routes et des sentiers. Les services municipaux n’existaient pas. Les heures de corvées étaient calculées au prorata des bêtes que l’on possédait. Le garde-champêtre en faisait le contrôle durant l’hiver. En tenant compte des travaux à réaliser, chacun faisait sous la surveillance d’un conseiller Municipal, deux à quatre heures par vaches, deux heures par chèvre et mouton.

        Le vêt dou juin, aprré k’lè béshiè érran ê montaniè on fasaï kòkè z’ouvrrè d’êtertin dé lou baou. Y’avaï mé lè krrèvé d’la komna pè l’êtertin dlè vi. Lou z’êploya èsistòvan pò. Lè z’aourrè d’krrèvé érran kalkulò d’aprré lè béshiè êvernò k’n’avan. L’gòrde shanpétrrè contrrolòvè pêdê l’èvérr. È suivê l’ouvrra a férrè shòkon fasaï dozot lou z’ôrdrrè d’on Konsèyé dla komna davè aou katrr’ aourrè pè vashè, davè z’aourrè pè tsévrrè aou maoutou.     
Le travail ne manquait pas, sauf le dimanche où tout le monde respectait le jour de repos. L’ouvrra mankòvè pò maï la dmêzhè tô sè rpesòvan pè rèspèctò l’zhorr du Bondze.   
Au début juillet les foins étaient mûrs et il fallait commencer le plus dur travail de l’année. Tout se faisait manuellement, la moto faucheuse n’existait pas encore. Le terrain pentu et morcelé était même fauché à la faucille dans les moindres recoins : du Torchet au Mont de la Guerre, au Plan du bouc et jusque sous la pointe de la Vélière, versant ouest, tout était entretenu. U kmêchmê julièt lou fê érran maourr, y falaï kmêché la pè durra ouvrra d’lan. Tot sè fazaï a la man. La « moto faucheuse » ègsistòvè pô onkorra. L’tarê pêtu è morsèlò érrè sèya méme a la faoushiè dé lou mouêdrre kòre : du Torshèt u dou d’la Guéra, du plan du bok tankè dezot la portèta dla Vélirrè, coutè lévè, tot érrè êtertnu.

On commençait par le village en faisant les gros foins et la luzerne. Vers le quatorze juillet on montait dans les hameaux. Le fauchage des prés de montagne commençait en août. Il fallait se lever très tôt, avant le jour. Dès l’arrivée du soleil on cassait un petit bout de croûte avant d’étaler les andains pour que le foin sèche afin de l’engranger dès le lendemain après-midi.

On kmêchévè utorr dè vlazhe a sèyé lou grrou fê é lè luzêrnè. Y falaï sè lèvò dvò l’zhor. Daï l’arvò du sèlaou on kasòvè na psita krrousha dvò k’èshêdrrè lou z’andê. L’fê dèvin sètsé pè éshrrè ptò d’dé l’lêdman tantou.
Vers dix heures, ce que nous avions fauché la veille était sec en surface. Il fallait retourner au râteau pour faire sécher la partie restée contre terre. Vers midi, on s’arrêtait pour manger. Daï dzi z’aourrè l’fê sèya la vèyè dé n’òtrre prrò érrè sèt desu. On le vèriévè u rashel pè k’y sèshisè dozet. A mizhorr on vazaï mdzé.
Nous ne faisions pas de festin ; c’était selon le lieu la soupe de la veille au soir réchauffée, un bouillon avec un morceau de pot au feu, ou une salade de pomme de terre, puis la tome. Nous évitions les viandes salées pouvant donner soif l’après-midi durant les grandes chaleurs. N’fasan pò d’gran rpò, érrè suivê ; on mdzévè su plasè aou on rêtrrovè a maïzon, sovê la spa dla vèyè a noué rèshaoudò, aou non bion aouaï non morchô d’bloui, aou na salòda aouaï d’tartiflè, è tozhorr la toma pè forni. On mdzévè pò tan lè yandè salò k’ne bayon saï l’tantou pêdê lè fôrtè shalaourr.
Si le temps était beau, après le repas de midi nous faisons une petite sieste jusque vers quatorze heure. Mais si l’orage menaçait, il fallait repartir tout de suite, à l’heure la plus chaude de la journée ; le soleil nous brûlait le dos. On commençait par ratisser le foin que l’on prenait en brassées et que l’on déposait sur les cordes pour faire des charges ou des « barillons ». Kant i fasaï biô, aprré dnò on fazai non psi grrèpèt tankè dvé dav z’aourrè. Maï si l’orrazhe mnachévè on rpartsaï te d’suita a l’aourra la pè shôda d’la zhornò. L’sèlaou ne borlòvè lè ré. On kmêchévè a rashèlò l’fê, on prrènyaï lè brraché k’on ptòvè su la courda pè férrè d’shorzhè aou d’bariyon.
Pour réaliser ceux-ci, on piétinait le foin puis on le tassait tout en serrant les cordes. Pour se donner des forces on passait la corde derrière le dos en calant les pieds sur le tas de foin et on serrait le maximum car il était très désagréable de porter une charge dans laquelle la tête s’enfonçait. On donnait un coup de râteau de chaque côté pour éviter de perdre du foin en route. Cela s’appelait peigner la charge. On piatnòvè l’fê pè le tasò è on saròvè lè kourdè. Pè avaï miu d’foursè on pasòvè la kourda dèrrié lè ré ; kalò lou pia su l’moué d’fê on saròvè tan k’on psaï paskè érrè trroué pènible d’portò na shorzhè kan la tésha s’êfonshiévè dè l’fê. On bayévè non kou d’rashel d’shòkè lò pè pò pérdrè d’fê ê rota. I s’apèlòvè « pnò la shorzhè ».
Le porteur s’agenouillait face à ce gros ballot de soixante dix kilos environ. Deux autres faucheurs venaient le charger sur son dos pour l’emporter à la grange où il fallait enlever les cordes et verser le foin sur le tas appelé « crochon ». L’ome k’sharotòvè sè ptòvè a zhnaou fashè a sé grou moué d’fê (sètanta kilo a pou pré). Dou z’òtrrè k’ramasòvan l’fê l’édòvan a shordsé su lè ré è a sè rlèvò. Ê l’êportòvè a la grranzhè è ikè ê l’ êlèvòvè la kourda è ouindòvè l’ fê desu l’ moué apèlò krroshon.
Cinq à six voyages d’une demi-heure à une heure chacun étaient nécessaires. La chemise était trempée de sueur et pour se désaltérer on buvait directement au robinet du « bachal » une bonne lampée d’eau bien fraîche. Le vin aurait été mal supporté avec la chaleur. Shink a ché voyazhe d’on kòrr a na dmi aoura shòkon erran nésèsérre. La shmise érra trrêpa d’chaourr, è pè sè dzaltèrrò on bevsaï directamê u robinet d’l’ôzhe na bona lanpò d’éga frréshè. L’vin art ishò mò suportò aouaï la shalaourr.
Pendant que les porteurs allaient à la grange, ceux qui restaient au pré préparaient d’autres charges, si bien que les portages se succédaient sans arrêt. Alôrr lou sharotsu êgrrandsévan, slô réstò su l’prrò préparòvan d’òtrrè shorzhè, kmê sê lou sharotsu portòvan sê s’arèshò.
A Champagny le haut, le travail était plus aisé car le terrain plat permettait de charger directement sur la carriole et c’est le cheval qui emportait à la fois cinq ou six barillons.  
Par temps d’orage, quand nous n’avions pas le temps de faire les charges et que le tonnerre grondait au loin, nous faisions de gros tas dans le pré, bien tassés, piétinés, afin que la pluie de pénètre pas à l’intérieur. Cela s’appelait faire les « cochons ». Mais le lendemain il fallait tout étaler pour faire sécher ; c’était du travail supplémentaire. Après plusieurs journées de pluie, s’il faisait beau le dimanche, on demandait l’autorisation à M. le curé pour engranger, mais parfois, les années pluvieuses, tout pourrissait… Pè té d’orazhe è kan t’on saïtsaï l’tnére u loué, l’té mankòvè pè férrè lè shorzè. On fasaï dé l’prrò d’grrou moué d’fê bin tasò, piatnò pè k’la plôzhè rêtrrisè pô. Y s’apèlôvè d’koshon. Maï l’lêdman y falaï rèshêdrrè è férrè shètsé ; éra n’ouvrra d’plè. Si la plôzhè drròvè è kè l’ biô té rèvniaï na dmêzhè, on dmandòvè la prromchon a l’êcrrò pè êgrrandsé. Maï lou z’an umide y porsaï.
Ceux qui possédaient une grange ou une maison dans les hameaux résidaient là-haut pour une quinzaine de jours. Le foin était rentré à la grange pour être consommé sur place au moment de la tramée, ou bien descendu en hiver sur les luges. Les autres profitaient de leur retour à Champagny pour emporter deux charges sur le traîneau. Le lendemain matin, il fallait remonter pendant une heure ou deux en portant sur le dos une ou deux luges d’environs quinze kilos, les cordes pour les charges, le repas de midi, et parfois même la boisson pour la journée. Dvé l’katourshè juliet on vasin iô dé lè mandè. L’fê dé prrò d’montanyè kmêchévè dé premié zhorr du maï d’out. Slô k’avan na grranzhè aou na maïzon réstòvan yo lé pêdê na tsinzhêna d’zhorr. Lou fê rêtrrò yo lé érran mdza su placè pêdê la trramò d’l’èvérr, aou bin tsêdu su lou z’orset . Maï l’lêdman y falaï montò pêdê n’aourra aou davè è portò su lè ré n’orset d’tsinzhè kilo a pou prré, lè courdè pè lè shorzhè, lè rpò, è suivê l’êdrraï d’kè baïrrè pè la zhornò.
Quand le chemin était sec il fallait tirer très fort sur les cornes de la luge, mais si quelques gouttes de pluie tombaient, celui de devant guidait tout en s’arque boutant contre le traîneau, et à l’arrière, un autre retenait à l’aide d’une corde. Dans la descente, le traîneau prenait de la vitesse et risquait souvent de se renverser et de se casser. Kan l’dsé érrè sèt y falaï tèrrié kmê n’òne su lè kournè d’l’orset pè tsêdrrè ; maï si kòkè gotè d’plozhè shèzan è k’lè piérrè érran moya, sel k’mènòvè la dudza ptòvè lè ré contrrè l’fê è plantòvè lou talou. Y fasaï miu d’foursè pè rtni è konduirrè. Ê méme té kortson l’édòvè a rtni derrié aouin na courda. Dé la pêta la ludza prrèniaï d’alurra, è riskòvè sovê d’sè ranversò è d’to casò.
Les foins de montagne très courts et fins étaient très difficiles à couper car ils pliaient sous la faux. Il fallait avoir une grande habitude, marteler souvent et posséder des outils coupant comme des rasoirs. Ce foin de très bonne qualité mais de faible rendement nécessitait de travailler de l’aube à midi pour obtenir deux ou trois charges. Les personnes qui ne pouvaient pas faucher tous leurs prés les louaient à d’autres. La commune aussi louait ses propriétés. Certains fauchaient très haut en montagne et la fenaison durait jusqu’à la toussaint. Lou fê d’montaniè, côrr et fin, érran dèfsile a kopò paskè l’érrba plèyévè dezo la dòyè. Y falaï na grand’abituda, martèlò sovê pè avaï d’dòyè k’kopévan kmê non rasoué. Sé fê d’bona kaltò maï d’faïble rêdamê ne z’oblèdzévè a kmêché à l’orrba tank’a mizhorr pè psaï avaï davè aou trraï shorzhè. Lè zhé k’pzan pò sèyé tô laou prrò lou loyévan a d’òtrrè. La komna loyévè mé sè prroprriétò. Darrkon sèyévan si yô ê montaniè k’lou fê drròvan tanka Tousé.
Pendant les foins de montage, on ne rentrait que le soir avec la récolte de la journée. A midi on mangeait à l’ombre des sapins la soupe que nous avions laissé au soleil dans un bidon en fer blanc afin qu’elle soit chaude. Nous faisions une petite sieste cachés sous les « drapets » pour que les taons et les fourmis ailées nous laissent la paix, et parce que les chèvres gardées pour le lait, voulaient leur part d’ombrage et nous chassaient des coins d’ombre. Pêdê lou fê d’montagnè on rêtrròvè tozorr la noué aouaï la rkolta d’la zhornò. A mizhorr on mdzévè a l’onbrra d’kokè sapin la spa lécha u sèlaou dé non bidon ê férr blanc pè la gardò shôda. On èsèyévè d’férrè non psi sène catsa deso l’dapet dé tavan è dlè frromié k’ne léchévan pò la pé, è paskè lè davè tsévrrè gardò pel lashel alòvan dvò ne dé lou kore ombrradza pè prrêdrrè la plasè.
Ensuite, il fallait se remettre à l’ouvrage pour emballer le foin sur une « échelle », luge plus longue et sans cornes, ce qui permettait de charger plus et de diminuer le nombre de voyages. Si nous avions fini de bonne heure, vers dix huit heure, on fauchait de nouveau pour prendre de l’avance. Alôrr on sè r’ptòvè a l’ouvrra pè êbalò l’fê su l’ètséla ( louézhè pè lonzhè k’l’orset è sê kournè). Y fasaï pè shordsé d’plè è y diminuòvè lou voyazhe. S’n’avan forni d’bon’ aourra, d’vé ché z’aourrè du tantou, on sè rptòvè a sèyé pè prrêdrrè d’avanshiè pè l’lêdman.

 



 

L'avalanche de Méribel

En général, l’hiver, on était obligé de décharge la neige accumulée sur les toits des hameaux.

  N’an k’y’avaï guiòrr ptò d’naï, on n’érrè oblèdza dè dshordsé lou taï dé lè mandè.
Les charpentes faites de troncs entiers étaient résistantes, Mais avec le poids des lauzes, des larges pierres plates et de deux à trois mètres de neige mouillée, elles risquaient de s’effondrer sur les gens et les bêtes vivant à l’intérieur.
Les jours de tempête il se formait au bord des toits des corniches pouvant atteindre un mètre de large.
Lè sharrpêtè érran fétè d’òbre êtsérr pè rzistò. Maï aouaï l’paï d’lè louzè è poué dou a traï métrrè d’naï moya, érrè non dandzé pè slô k’vivan dezot aouaï lè béshiè.
Lou zhorr d’têpésha i fasaï na dpasa d’miu d’on métrrè du bôrr du taï.
A la Ravière, un jour qu’il avait beaucoup neigé, tous les hommes étaient sur les toits avec les pelles. Ils s’interpellaient les uns les autres en plaisantant. Mon voisin « Kolodin », bien placé pour voir la montagne d’en face, se mit à crier pour avertir tout le monde qu’une grosse avalanche descendait du sommet de Méribel. A la Ravirrè, non zhorr k’y’avaï shé na grrousa potò, tô lou z’ome érran su lou taï aouaï la pòla. On sè kèrriòvè d’ion a l’òtrrè ê dzé d’ konnrri, d’ bianbian-nè. Mon vzin « Kolodin » k’érrè miu placha pè vié ê fashè sé ptò a kèrriò pè férrè vié a tô na grrousa lavêshè kè vnyaï d’modò du sonzhon d’Mèrbèl.
Pour mieux voir, il s’est avancé au bord du toit, en oubliant la corniche. On a entendu un grand cri, puis plus rien ! La pelle était restée sur le toit, la corniche avait cédé, et notre ami se trouvait cinq à six mètres plus bas, planté comme un piquet dans la neige qui l’avait recouvert. Pè miu vyé ê s’é vute avanshia u bôrr du taï sê pêsò à la dpasa d’la naï. On a sintu non grran kèrrye poué plè rriê. La pòla érrè réstò yo lé, l’pan du bôrr du taï vnyaï d’casò, è n’shn’ami érrè a shink aou ché métrrè pè bô, plantò kmê non pkèt è rcrrèvérr pè la naï.
Il a fallu du temps pour le dégager… et on se souviendra toujours de l’avalanche de Méribel ! On n’a pò ptò lonté pè le dgadzé ; è on sè rapèlrra tozhorr d’la lavêshè d’Mèrbèl.

 

 


 

La foire aux bestiaux

     
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 

 


 

Une vipère dans la galoche

     
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 

 

 


 

Mimil et la chèvre

- « Tu vas tout de suite mettre tes galoches », dit le Louis à son fils Mimile.
- pour quoi faire ?
- parce que la chèvre demande le bouc. Tu vas la mener au bouc du père Joseph.
- Mener la bique ? réplique le Mimile, tout fier d’être investi d’une mission de confiance au lieu d’aller à l’école.

  - « Va vute ptò tè sôkè », a dèt Loyi a son pschou Mimil
- « Pè k’férrè ? »
- « Paskè la tsévrra boshatè. T’varré la mènò u bok du Porrè Dozèt. »
- « Mènò la tsévrra u kok, » dmanda Mimil, « ê pôrr d’alò à l’èkoula ? »

- Voilà huit sous pour le père Joseph. Allez, file et ne traîne pas en route. Et surtout ne perds pas les sous !
Mimile prit les pièces dans sa main gauche et de sa main droite saisit la corde de Blanchette bêlante, la queue animée d’un perpétuel frétillement.
- « Ta, ui sou pè l’pòrrè Dozèt, outa è trréna pò ê rota, è sutot pérr pò tou sou. »
Mimil prrê lè pishè dsa man gôshè poué d’la drraïta la kourda d’la « Blanchèt » k’brraïzèlòvè è brranlòvè la koua.
Alors qu’il grimpait par le chemin de la Côte, Mimile, fou de joie de ne pas aller en classe, se mit à chanter d’une voix suraiguë. La chèvre épouvantée fit un écart terrible et envoya rouler le Mimile, les quatre fers en l’air.
Ê montê la kousha, Mimil to kontê d’mankò l’ ècoula s’é ptò a shantò si fôrr k’la tsévrra, apouérria, a rèya deze la vi è a êvoya lou katrre férr ê l’érr.
« Sale chèvre, hurla le Mimile, je vais te donner des coups de trique, et mes sous, et mes sous, je les ai perdus. »
Et le Mimile à quatre pattes se mit à chercher désespérément. Un cri de joie salua la découverte d’une première pièce, puis d’une deuxième. Il continua à fureter avec ardeur, mais rien ! Pleurant à chaudes larmes, il invoquait tous les saints du paradis, quand arriva le curé du village.
- « Sòla tsévrra zh’vou tè bayé na trrikò, » sé ptò a kèrriò Mimil ! È mou sou, è mou sou zh’l’ou z’é perdu ».
È Mimil, a krrèpnion, s’é ptò a lou shertsé : « ô na pishè, poué n’òtrra » s’é ptò a kèrriò Mimil ! E l’a prraou tan shertsa maï ê n’ê n’a pò trrovò d’òtrrè.
Ê plòrròvè a grrousè lòrrmè è prrèyévè tô lou sê du Paradi, kan t’é arvò l’Êkrrò.
- Qu’est-ce que tu as, mon enfant ?
- J’ai plus que quatre sous sur les huit pour mener ma chèvre au bouc chez le père Joseph.
- C’est bien ennuyeux, en effet !
- Ah, si j’avais encore quatre sous, insinua Mimile.
Mais monsieur le curé ne comprit pas l’allusion.
- Ne pleure pas comme ça. Le père Joseph est un brave homme ; il se contentera bien de quatre sous pour son bouc !
- « Kik’ t’ò mon pchou ?
- « Zh’é plè kè katrre sou dé ouit pè mènò la tsévrra u bok tsé l’pòrrè Dozèt.
- « É prraou êbèshiê bin churr.
- « A si zh’avou korra katrre sou Monchu l’Ekrrò ! » Maï Monchu l’êkrrò n’a pò konprrê paskè.
- « Plaoura pò dinsè, l’pòrrè Dozèt é n’on brròv’ome ê sè kontêtrra prraou d’katrre sou pè son bok !
- Oh ça non, monsieur le curé.
- Mais si !
- Je vous dis que non !
- Je te dis que si !
- Voyons, monsieur le curé, est-ce que vous le feriez, vous pour quatre sous ?
- « O sê na Monchu l’Ekrrò.
- « MaÏ si.
- « Zh’ve dze k’na.
- « Tè dze k’ouò.
- « Maï Monchu l’Ekrrò éshou kè v’z’ou farrò ve pè katrre sou ? »

 

 


 

La Berthe

Voilà de nombreuses années que Berthe fait le ménage chez monsieur le Curé et à l’église.
Elle aimerait bien comme les autres femmes du village se trouver un mari. Aussi tous les matins, son travail fini, elle va s’agenouiller devant la statue de la Vierge à l’enfant Jésus.
  Vaïka n’on pòrr d’an k’la Bèrt fazaï l’mênazhe tsé l’Êkrrò è a l’èglizè.
L’òmrèt prraou kmê lè z’òtrrè fènè du vlazhe sè trevò n’ome. É pè sê kè tô lou zhorr aprré s’n’ouvrra , l’vasaï sè ptò a zhnaou dvò la Bona Viérzhè è s’n’èfan.
« Oh ! Bonne Mère, s’il vous plait, donnez-moi un mari avant la fin de l’année. »
Et ainsi chaque jour elle refaisait la même prière. Mais un jour, deux enfants du catéchisme qui traînaient dans l’église avant de rentrer chez eux, l’entendirent et décidèrent de lui faire une farce.
- « Ô bona Viérzhè, se plé, bayè mè n’ome dvò la fin d’l’an. »
È tô lou zhorr l’fazaï la méma prrèyirrè. Tank a non kou, lou ptchou du katsime k’érran dé l’èglizè ê pôrr d’éshrrè a maïzon, l’on sintu è on tsidò d’la zheyé non torr.
Dès le lendemain quand ils virent arriver la Berthe, ils se cachèrent derrière la statue.
« Oh, Bonne Mère, s’il vous plait, donne-moi un mari avant la fin de l’année. »
- « Y’en n’a pas pour toi ! Y’en n’a pas pour toi ! »
L’lêdman, kan i’on vye arvò la Bèrt, i sè son katsa dèrrié la statu.
- « Ô bona Viérzhè, se plé, bayè mè n’ome dvò la fin d’l’an. »
- « I n’a pò pèr tè, I’n’a pò pèr tè! »
Croyant avoir mal compris, Berthe reprend de plus bel :
« Oh, Bonne Mère, s’il vous plaît, donnez-moi un mari avant la fin de l’année. »
- « Y’en n’a pas pour toi ! y’en n’a pas pour toi ! »
L’a pêsò avaï mò konprrê, alôrr l’a rprrê d’pè bèla :
- « Ô bona Viérzhè, se plé, bayè mè n’ome dvò la fin d’la. »
- « I n’a pô pèr tè, I n’a pò pèr tè.!»
Alors, furibonde, la Berthe se lève et se plantant sous l’enfant Jésus, elle s’écrie :
- « Bougre de petit merdeux, ce n’est pas à toi que je parle, c’est à ta mère ! »
Alôrr la Bèrt, ê razhè, s’é lèvò è l’vin sè kanpò dezot l’Psi Jésu ê kèrrié :
- « Bougrre d’psi mèrdé, é pò a tè kè zh’m’adrréshe, é a ta mòrrè. »

 

 

 

 

 

 

Retour